| Paris sportifs | Contact
menu histoire du football menu coupe du monde de football menu dossier argent et foot business menu ballon d'or france football menu quizz de football menu regles du football
Rechercher sur le site
ballon menu COUPE DU MONDE 2014
Histoire de la Coupe du Monde
-
Historique du football
-
ballon menu FAQ & Stats
FAQ Lois du jeu
Equipe de France
Foire aux questions football
-
ballon Plus de football...
-
Historique compétitions
-
Football Féminin
-

-



ballon d'or france football

Retrouvez le palmares complet détaillé
du Ballon d'or France Football
 
Menu déroulant Ballon d'Or

LE BALLON D'OR FRANCE FOOTBALL FIFA

Le nom du premier Ballon d'Or fut révélé dans le numéro 561 de France Football le mardi 18 décembre 1956. Trois pages étaient consacrées à l'événement, mis en scène par Gabriel Hanot et toute son équipe. Un jury de journalistes représentant seize pays avait participé au scrutin, dont le glorieux vétéran anglais Stanley Matthews (41 ans) sortait vainqueur de justesse, devant Alfredo Di Stefano. Suivaient, dans l'ordre, Raymond Kopa, Ferenc Puskas et Lev Yachine. Un formidable quintette.

France Football est fier d'avoir créé en 1956, sur une idée de son père Gabriel Hanot, un trophée nommé Ballon d’Or qui contribua à étendre sa notoriété et sa crédibilité, dans le monde de la presse sportive comme dans celui du football. Le Ballon d'Or, attribué chaque année depuis cinquante-cinq ans, et dont le premier lauréat fut l’Anglais Stanley Matthews, élu par un jury de journalistes, répondait d’entrée à une volonté d'universalité. Et au besoin qu’éprouvent les hommes de distinguer l’individu de la collectivité. Rapidement, il représenta la plus grande marque de reconnaissance sportive susceptible d’être attribuée…à l’exception de celles qui émanent des compétitions proprement dites. Le trophée devint ce que les footballeurs voulaient qu'il soit. Un but, une référence, un sommet. De 1956 à 1994, il fut réservé aux seuls Européens. C’est la raison pour laquelle des joueurs tels que Pelé, Maradona ou Romario, qui auraient pu y prétendre, n’entrèrent jamais dans la course au Ballon d’Or.

En 1995, une nouvelle mesure règlementaire bouleversa la donne, en ouvrant le champ des possibilités : à partir de cette date, les meilleurs Africains et Américains, entrèrent en scène. Par l’intermédiaire de Weah (1995) et de Ronaldo (1997), ils se chargèrent d’exploiter la situation sans attendre. Longtemps, le Ballon d'Or ne fut pas la tasse de thé des Français. Il y eut Raymond Kopa en 1958 et, derrière lui, personne. A se demander si, un jour, viendrait une étoile capable de donner son nom à une époque. Alors, surgit Michel Platini, qui remporta trois Ballons d’Or consécutifs. Celui de 1983 récompensa son avènement au plus haut niveau. Celui de 1984 salua l'un des plus grands champions de son temps. Et celui de 1985 consacra un joueur hors norme puisque jamais un footballeur n'avait réussi ce triplé concentré en trois votes, celui de Johan Cruyff s'étant étalé de 1971 à 1974. Jean-Pierre Papin (1991) puis Zinédine Zidane (1998) complétèrent avec éclat la représentation française au palmarès.

Michel Platini est considéré comme le Ballon d'Or le plus lourd et le plus brillant. Disons qu’il domine le palmarès des têtes couronnées en compagnie de huit hommes : Johan Cruyff et Marco Van Basten -trois victoires chacun- suivis d’Alfredo Di Stefano, de Franz Beckenbauer, de Kevin Keegan, de Karl Heinz Rummennigge, de Ronaldo et de Lionel Messi -deux victoires chacun. Neuf Ballons d’Or sur dix vont aux joueurs d’attaque. Au gré des circonstances, ils récompensent tantôt les créateurs, tantôt les purs finisseurs. Les défenseurs, eux, se contentent des miettes : un gardien de but (Lev Yachine), trois défenseurs centraux (Franz Beckenbauer, deux fois primé, Mathias Sammer, Fabio Cannavaro), auxquels nous ajouterons deux milieux relayeurs (Josef Masopust, Lothar Matthäus). Les hommes de l’art défensif en ont pris leur parti : ils ne peuvent lutter d’égal à égal car l’opinion publique privilégiera toujours le buteur ou le bâtisseur.

Depuis 2010, un partenariat avec la FIFA a vu le jour. Dans son palmarès, le Ballon d'Or compte tous les plus grands footballeurs. Tous, sauf quelques-uns, qui eussent mérité une décoration : Puskas, handicapé par les événements de Hongrie, Facchetti, Netzer, Maldini ou Baresi. Cinq « oubliés » en cinquante-cinq ans, cela n'est pas trop grave même si cela nous fait un peu mal au coeur et leur a laissé, à eux cinq, un sentiment de frustration. En 2010, le Groupe Amaury, qui édite France Football, et la FIFA, décidèrent de s’unir pour créer le FIFA Ballon d’Or, le seul et unique trophée individuel récompensant le meilleur joueur au monde, le FIFA World Player, fondé en 1991, étant rayé des tablettes. L’histoire et le palmarès, d’un côté, le rayonnement de la plus grande institution de football, de l’autre : l’accord de partenariat fut scellé pour une période de cinq ans, au minimum. Elu par un collège d’électeurs mêlant les journalistes sportifs, les capitaines et les sélectionneurs des équipes nationales, Lionel Messi fut, l’année dernière, le premier lauréat de ce Ballon d’Or nouvelle formule.

Source: http://www.francefootball.fr/Ballon_Or_2011/historique.php#archivebo


Document sans nom


 

Partenaires recommandés: Foot mercato - Fcnhisto.fr