| Paris sportifs | Contact
menu histoire du football menu coupe du monde de football menu dossier argent et foot business menu ballon d'or france football menu quizz de football menu regles du football
Rechercher sur le site
ballon menu COUPE DU MONDE 2014
Histoire de la Coupe du Monde
-
Historique du football
-
ballon menu FAQ & Stats
FAQ Lois du jeu
Equipe de France
Foire aux questions football
-
ballon Plus de football...
-
Historique compétitions
-
Football Féminin
-

-



coupe du monde 1994

COUPE DU MONDE 1994


PAYS HOTE
coupe du monde 1994 etats unis
ETATS UNIS


DEROULEMENT
Du 17 Juin au 17 Juillet 1994
24 participants - 9 stades
52 matches - 141 buts
Moyenne: 2,71 buts/matches

 

Une superbe Coupe du Monde de la FIFA, seulement ternie par une finale décevante que le Brésil remporte aux tirs au but après un match nul et vierge contre l'Italie. Il y eut pléthore de buts, d'émotions, de drames et de surprises.

La Bulgarie, qui n'avait pas remporté une seule des 16 rencontres des phases finales qu'elle avait disputées jusque là, est la plus grande de ces surprises, battant l'Allemagne sur la route des demi-finales. Drame, lorsque Diego Maradona, le héros argentin de 1986, testé positif à la cocaïne, est expulsé du tournoi. Tragédie, aussi, lorsque le défenseur colombien Andrés Escobar est assassiné quelques jours après son retour au pays parce qu'il avait marqué un but contre son camp lors du match contre les États-Unis.

Le pays organisateur, les États-Unis, n'a pas à rougir de son parcours, seulement battu par le Brésil, futur vainqueur, en huitième de finale. Les Brésiliens ont la meilleure équipe du tournoi et méritent amplement de l'emporter, même si leur prestation victorieuse en finale laisse un goût amer à beaucoup.

Pour un pays où le basket, le baseball et le football américain sont infiniment plus populaires, la 15ème Coupe du Monde de la FIFA attire malgré tout des foules considérables. La finale voit le Brésil remporter son quatrième titre après une séance de tirs au but.

C'est une immense surprise pour beaucoup lorsque les États-Unis se voient confier l'honneur d'organiser la 15ème Coupe du Monde de la FIFA. Le "soccer", comme on l'appelle là-bas, n'y a jamais eu la notoriété de nombre d'autres sports.

Au Maroc, le principal rival des États-Unis dans la course à l'organisation, la déception est immense. L'Afrique n'avait jamais accueilli la Coupe du Monde de la FIFA depuis la création de l'épreuve en 1930, mais avec seulement deux stades dignes de ce nom, le Maroc ne disposait pas des équipements nécessaires à l'organisation d'une épreuve aussi importante. En choisissant les Etats-Unis, João Havelange, président de la FIFA à l'époque, franchit une nouvelle frontière.

147 pays - un nouveau record - participent aux éliminatoires de la Coupe du Monde de la FIFA 1994. Parmi eux, l'Afrique du Sud, de retour après de longues années d'exclusion. Beaucoup de gros calibres, cependant, ne parviennent pas à obtenir leur billet pour la phase finale : l'Angleterre, le Danemark, champion d'Europe 1992, le Portugal, la Pologne et, une nouvelle fois, la France, éliminée par un but à la dernière minute de son dernier match, contre la Bulgarie. Également absente, la Yougoslavie, où la guerre civile avec la Bosnie fait rage. Vingt-quatre pays disputent donc la phase finale de cette 15ème Coupe du Monde de la FIFA.

Disputée durant un mois de chaleur intense, la Coupe du Monde de la FIFA attire un nombre record de spectateurs (3 587 538). Le premier tour, au cours duquel une victoire vaut désormais trois points, apporte son petit lot de surprises, avec la qualification inattendue des États-Unis et de l'Arabie Saoudite - dont l'attaquant Al Owairan inscrit le plus beau but du tournoi - pour les huitièmes de finale. La Russie, de son côté, malgré les cinq buts (un record !) marqués par Oleg Salenko contre le Cameroun, manque cette qualification. Tout comme Roger Milla et ses Lions indomptables, même si Milla confirme son " titre " de buteur le plus âgé de la compétition, en marquant un but à 42 ans, 1 mois et 8 jours !

En quarts de finale, le Brésil se retrouve seul face à sept pays européens, dont l'Italie, qui continue de croire à ses chances. Les Transalpins frôlent la catastrophe lors du premier tour avant de parvenir à se glisser en huitième de finale. Là, menés 1-0 par le Nigeria à 90 secondes de la fin, ils réussissent leur plus beau tour de passe-passe. Leur sauveur s'appelle Roberto Baggio, un joueur pétri de talent, qui les aide ensuite à battre l'Espagne en quarts de finale (2-1), puis la Bulgarie (2-1) en demi-finale, après que les Bulgares eurent surpris tout le monde en terrassant les champions en titre allemands.

Le quart de finale entre le Brésil et les Pays-Bas se révèle être LE match du tounoi, Dunga et ses coéquipiers l'emportant finalement 3-2 après avoir mené 2-0. C'est au cours de cette rencontre que Bebeto, Mazinho et Romario miment le bercement de Mattheus, le nouveau-né de Bebeto, venu au monde quelques jours plus tôt. Cette image fera le tour du monde.

La finale met donc aux prises le Brésil et l'Italie, deux pays ayant déjà remporté trois fois la Coupe du Monde de la FIFA. Mais ce qui, en théorie, était considéré comme le match idéal, s'avère un match fermé, physique et finalement décevant. Et, pour la première fois dans l'histoire de la Coupe du Monde de la FIFA, on doit avoir recours aux tirs au but pour décider du sort de la finale. Tandis qu'il prend son élan, l'Italien Roberto Baggio sait qu'il doit absolument marquer. Mais son tir s'envole dans le ciel bleu de la Californie et les Brésiliens retrouvent leur titre de champions du monde, vingt-quatre ans après leur dernier succès. Le Brésil devient ainsi le premier pays à compter quatre victoires en Coupe du Monde de la FIFA.

 

 

RESULTATS 1994
AUTRES EDITIONS
Menu déroulant Coupe du Monde
Partenaires recommandés: Foot mercato - Fcnhisto.fr