| Paris sportifs | Contact
menu histoire du football menu coupe du monde de football menu dossier argent et foot business menu ballon d'or france football menu quizz de football menu regles du football
Rechercher sur le site
ballon menu COUPE DU MONDE 2014
Histoire de la Coupe du Monde
-
Historique du football
-
ballon menu FAQ & Stats
FAQ Lois du jeu
Equipe de France
Foire aux questions football
-
ballon Plus de football...
-
Historique compétitions
-
Football Féminin
-

-



coupe du monde 1978

COUPE DU MONDE 1978


PAYS HOTE
coupe du monde 1978 argentine
ARGENTINE


DEROULEMENT
Du 01 au 25 Juin 1978
16 participants - 6 stades
38 matches - 102 buts
Moyenne: 2,68 buts/matches

 

Finaliste malheureuse en 1930, l'Argentine doit attendre 48 ans avant de remporter la Coupe du Monde de la FIFA. En 1978, en tant qu'organisatrice, elle profite du soutien populaire pour s'imposer. Elle bat en finale les Pays-Bas, privés de Johann Cruyff, qui a refusé de disputer la compétition en raison de la situation politique. Surclassée par l'Italie dans les matches de poule, l'Argentine se remet dans la course à la faveur d'une victoire 6-0 sur le Pérou.

L'équipe "albiceleste" compte des joueurs d'exception : Daniel Passarella, Osvaldo Ardiles et Mario Kempes, meilleur buteur de la compétition avec six réalisations. En finale, elle bat les Pays-Bas 3-1 dans les prolongations.

Les préparatifs d'une Coupe du Monde de la FIFA ont rarement été aussi controversés que ceux de la 11ème édition, organisée par l'Argentine. En fait, le football avait été relégué au deuxième plan par les autorités mondiales, qui étudiaient la possibilité de boycotter la compétition pour protester contre le régime totalitaire du Général Videla et ses constantes violations des droits de l'homme. Finalement, malgré un appel massif à la non-participation, le monde du football décide quand même de faire le déplacement jusqu'en Argentine. Mais pas tout le monde, car l'Angleterre (pour la deuxième fois d'affilée), la Yougoslavie et l'URSS ratent leur qualification. Pour d'autres nations, mineures sur le plan footballistique, comme l'Iran ou la Tunisie, il s'agit du baptême du feu. Quant à la France, absente pendant douze longues années, elle est de retour dans l'élite du football mondial.

Cependant, pour son retour au plus haut niveau, l'équipe de France entraînée par Michel Hidalgo ne se distingue pas, perdant 2-1 contre l'Italie et l'Argentine. Michel Platini et ses coéquipiers battent bien la Hongrie 3-1 lors de la dernière journée, mais cela ne suffit pas pour atteindre le second tour.

Tous les favoris de la compétition passent le premier tour sans encombre, sauf les Pays-Bas, finalistes en Allemagne quatre années auparavant et privés de Cruyff, qui a boudé le tournoi. Qualifiés de justesse pour le second tour, les "Oranje", emmenés par un Robbie Rensenbrink rajeuni, déploient leur football de rêve et arrivent en finale, battant au passage l'Autriche 5-1, l'Italie 2-1 puis la RFA tenante du titre, qui n'a jamais trouvé son rythme.

Dans l'autre groupe du second tour, la lutte est beaucoup plus intense. Dans le dernier match, l'Argentine se voit contrainte de battre le Pérou par au moins quatre buts d'écart, ce qui place le Brésil aux portes de la finale. Cependant, contre toute attente, les coéquipiers de Daniel Passarella étrillent les Péruviens 6-1, dont un doublé de Mario Kempes, et se qualifient pour la finale.

Cette surprenante avalanche de buts fait sourciller plus d'un observateur. Néanmoins, les pupilles de César Luis Menotti s'imposent justement (3-1 après prolongations) sur une équipe néerlandaise encore bredouille. L'Argentine atteint son objectif : dans les rues, la fête peut commencer...

Si la performance de l'Argentine est attribuable à l'esprit collectif régnant dans le groupe, on ne peut passer outre le talent d'un joueur, Mario Alberto Kempes, souvent décisif. A l'instar de ses coéquipiers, Kempes, le 10 des " Albicelestes ", débute la compétition sur un mode mineur pour arriver au sommet de sa forme à la fin, soit au moment crucial. En plus du titre de champion du monde, Kempes termine également le tournoi en tant que meilleur buteur, avec six réalisations à son actif.

 

 

RESULTATS 1978
AUTRES EDITIONS
Menu déroulant Coupe du Monde
Partenaires recommandés: Foot mercato - Fcnhisto.fr