| Paris sportifs | Contact
menu histoire du football menu coupe du monde de football menu dossier argent et foot business menu ballon d'or france football menu quizz de football menu regles du football
Rechercher sur le site
ballon menu COUPE DU MONDE 2014
Histoire de la Coupe du Monde
-
Historique du football
-
ballon menu FAQ & Stats
FAQ Lois du jeu
Equipe de France
Foire aux questions football
-
ballon Plus de football...
-
Historique compétitions
-
Football Féminin
-

-



coupe du monde 1974

COUPE DU MONDE 1974


PAYS HOTE
coupe du monde 1974 rfa
REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE


DEROULEMENT
Du 13 Juin au 07 Juillet 1974
16 participants - 9 stades
38 matches - 97 buts
Moyenne: 2,55 buts/matches

 

C'est à nouveau un triomphe pour la nation organisatrice. A l'issue d'un tournoi placé sous le signe de l'avènement du "football total", l'Allemagne s'empare de la nouvelle Coupe du Monde de la FIFA après une démonstration où engagement total et polyvalence sont les maîtres-mots.

Les Pays-Bas, emmenés par un Johan Cruyff impérial, sonnent la charge en battant l'Argentine 4-0 puis le Brésil 2-0, mais doivent s'incliner face à l'Allemagne de l'Ouest en finale (2-1), où Gerd Müller, surnommé "Der Bomber", marque dans son style si particulier le but de la victoire. 20 ans après...

Après une entrée en matière hésitante, la RFA finit par trouver la bonne carburation pour remporter "sa" Coupe du Monde. Emmenés par le "Kaiser" Franz Beckenbauer en finale, les Allemands sont au sommet de leur art et viennent à bout d'une brillante équipe néerlandaise. Cette dixième Coupe du Monde allemande de 1974 est marquée par l'arrivée de la télévision en couleur. En outre, comme pour mettre cette révolution culturelle mieux en évidence, le "Weltmeisterschaft 74" présente deux autres nouveautés importantes. La première est la modification des règles de l'épreuve. Le système du premier tour suivi par des matches à élimination directe est remplacé par un système de poule lors des deux phases. La seconde est le remplacement de la coupe Jules Rimet - remportée définitivement par le Brésil, vainqueur à trois reprises en 1958, 1962 et 1970 - par une nouvelle statuette en or massif, appelée "Coupe du Monde de la FIFA".

Comme le précédent, ce nouveau trophée, sculpté par Silvio Gazzaniga, suscite la convoitise de nombreux pays et 98 nations participent aux éliminatoires. Parmi les nouveaux venus rescapés des poules de qualification, on remarque la présence de l'Allemagne de l'Est, de Haïti, de l'Australie et du Zaïre, premier pays d'Afrique sub-saharienne présent à ce stade de la compétition. Mais la Hongrie, l'Espagne, la France et, plus étonnamment, l'Angleterre, ont raté le coche. En prélude à ce nouveau tournoi qui se veut avant-gardiste, la FIFA s'est choisie un nouveau président. Pour succéder à l'Anglais Sir Stanley Rous, en place depuis 1961, elle a élu le Brésilien João Havelange, premier non-européen à occuper ce poste.

Sur le terrain, l'Allemagne Fédérale, favorite, se qualifie sans convaincre pour le deuxième tour. On a même assisté à une petite révolution de palais à la suite de sa défaite face à la RDA. Les coéquipiers de Beckenbauer ont demandé à leur capitaine de presser l'entraîneur Helmut Schön d'apporter des changements dans la composition et au niveau tactique.

Alignant des artistes comme Cruyff, Neeskens, Rep ou Rensenbrink, l'équipe des Pays-Bas a, quant à elle, le vent en poupe et elle survole les écueils des premier et deuxième tours. Déployant le " football total " que l'Ajax a rendu célèbre, elle se paie successivement le scalp de l'Argentine (4-0), de la RDA (2-0) et du Brésil (2-0). Mais la révélation de la compétition sera la Pologne, une équipe très talentueuse. Emmenée par son buteur vedette Gzregorz Lato, couronné meilleur buteur de la compétition (7 buts), elle montera sur la troisième marche du podium.

Toutefois, les Polonais sont incapables d'empêcher les Allemands d'atteindre la finale, qui les opposera aux Pays-Bas. Cette confrontation commence sur un coup de théâtre dès la première minute de jeu, lorsque Cruyff est descendu dans la surface de réparation allemande après un raid solitaire. Le Néerlandais Neeskens transforme le penalty alors que les Allemands n'ont pas encore pu toucher la balle. Piqués au vif, les Maier, Beckenbauer, Vogts - qui va ensuite museler Cruyff - Hoeness et Overath reviennent rapidement dans le match pour finalement s'imposer 2-1 grâce à des buts de Breitner (sur penalty) et du renard des surfaces Gerd Müller. Pour les Allemands, c'est le deuxième titre mondial, vingt ans après leur première victoire en Suisse en 1954.

 

 

RESULTATS 1974
AUTRES EDITIONS
Menu déroulant Coupe du Monde
Partenaires recommandés: Foot mercato - Fcnhisto.fr